Les 3 petites voitures

Récit imaginé par Laura Bezault, Delphine Dubrez, Gilles Théron, Razvan Gorcea et facilité par Laetitia Vitaux dans le cadre de l’atelier futurs proches réalisé le 16 décembre 2021 en partenariat avec Génération Ecologie.

Thème de l’atelier : Nous sommes le 3 novembre 2026. Depuis bientôt 5 ans, la France mène une politique décroissante planifiée, volontaire et salutaire. Et si nous imaginions le quotidien de citoyen·ne·s dans ce futur proche ? 

PhotPhoto by Ivana Cajina on Unsplash


Le petit Jérôme vient d’arriver chez ses grands parents par la vieille micheline jaune et rouge qu’une association locale a équipé d’un moteur à hydrogène. La petite ville de Cardailhac a de la chance elle est maintenant reliée à Toulouse directement sans passer par les TGV habituels qui font faire de longs détours.
A peine le temps de claquer quelques bises à papi et mamie et Jérôme se retrouve dans le salon bibliothèque pour une découverte effrayante…un livre intitulé les 3 petites voitures (son père lui en a tellement parlé).

« – Dis mamie, pourquoi sur cette image le monsieur à côté de son 4×4 a un fusil à sa main et un renard en sang à ses pieds ?
Ca lui sert à quoi ? 
– Et ben écoute, mon trésor, il y avait plusieurs messieurs qui se réunissaient plusieurs jours dans la semaine pour aller tuer des animaux dans la forêt et les manger ensuite dans la majorité des cas.
– Oui, mais là le renard on en mange pas si ?
– Non parfois ils tuaient juste pour le plaisir, et parfois ils ramenaient un faisan ou un lièvre que les femmes cuisinaient en suivant. 
– Mais pourquoi il y avait que les hommes qui chassaient ? Et pourquoi pas les femmes ?
– Euh… ben c’était principalement un plaisir masculin, mais en réalité je ne saurais pas trop répondre à ta question.
– Ils étaient bizarres les garçons avant alors, je ne comprends pas pourquoi ils tuaient les animaux. Et puis, les femmes n’avaient peut-être pas envie de cuisiner des animaux morts si ?
– Ben si, écoute, j’étais très contente de cuisiner un animal pour la famille le dimanche midi.
– Mais vous n’aimiez pas les légumes avant ? 
– Si, nous pouvions manger les deux, de la viande et des légumes.
– Mais alors, vous mangiez beaucoup dis donc ?
– En effet, notre apport en protéines était bien plus important que ce dont nous avions réellement besoin. 
– C’est quoi une protéine ? 
– C’est un nutriment que peut t’apporter la viande mais aussi pleins d’autres aliments végétaux, mais ça on n’en était pas vraiment conscient avant. 
– Vous ne saviez pas ? Pourquoi ? Tu aimais ça toi la viande mamie ?
– Non nous avons été éduqués à manger de façon équilibrée de la viande et des légumes depuis tout petit. Oui j’aimais ça, mais je ne savais pas que l’on pouvait cuisiner de choses aussi délicieuses sans viande.
– Et papi avait le droit d’avoir un objet comme ça ? C’est dangereux non ? Pourquoi ce n’était pas interdit ?

La mamie ne répond pas. 
En tournant la page, Jérôme voit un dessin qui représente un flot d’automobiles sur une trois-voies, et des symboles représentant des klaxons.

– Mamie, pourquoi est-ce qu’il y avait autant de voitures ?
– C’est parce que la plupart des gens avaient leur propre voiture. Certains en avaient même plusieurs.
– Et qu’est-ce qu’ils faisaient de leur voiture quand ils ne l’utilisaient pas ?
– Elles restaient garées 95% du temps. Les villes ressemblaient à des parkings géants. Les piétons ne se rendaient même plus compte de l’absurdité de la situation. Ils n’arrivaient pas à envisager tout ce qu’on peut mettre à la place des voitures, comment on peut embellir la ville telle qu’elle est maintenant.
– Et pourquoi la route a l’air bloquée sur l’image, alors qu’il y a autant de place ?
– Parce qu’à l’époque, on pensait que pour fluidifier la circulation, il suffisait d’ajouter plus d’espace pour les voitures.
– Mais ce n’était pas plus rapide de se déplacer en vélo ?
– Si, pour la plupart des déplacements qui étaient des courts trajets, cela aurait été plus simple de se déplacer de cette manière. Mais c’était ancré dans la culture. Les infrastructures cyclables n’existaient pas ou étaient dangereuses. Et certaines personnes ne voyaient même pas le vélo comme un moyen de transport, mais plutôt comme un loisir.

– Et puis, j’ai vu qu’il y avait une grande maison pour les voitures à côté de notre maison !
– Oh, petit… c’était un garage, pas une maison.
– C’est quoi un garage ?
– Euuh, en fait oui, si je réfléchis bien tu as raison … on avait de garages tellement grands pour nos gros SUV … ils avaient la même taille que la maison !  Effectivement, les voitures faisaient dodo dans les garages, on les protégeait du froid, de la pluie…
– Donc vous aviez construit des maisons pour vos voitures ?! C’est comme les maisons que je fais pour mes peluches ! Mais, POURQUOI ?
– Les voitures étaient très importantes pour nous, pour les montrer à nos voisins, il était un temps où le pétrole n’était pas cher, c’était facile de faire le plein toutes les semaines.
– Donc, vous habitiez pas dans vos maisons? Vous habitiez dans vos voitures…
– Non, dans les maisons, mais effectivement tu as raison, il ne nous restait pas beaucoup de temps.

– Tu poses plein de questions que je ne me suis jamais posées dis donc ! Quel enfant curieux. Tu sais, il y a encore cinq ans, tout cela me semblait normal. En l’espace de 5 ans, les choses ont énormément évolué et maintenant je me rends compte que certaines situations étaient absurdes. On vivait sans limites.