Déconfinement à lyon, 6 ans déjà

Récit imaginé par Kristalna Perrody, Agathe Schoirfer, Meven Royo, Jérémy Montagny et facilité par Hermeline Sangouard, lors de la soirée futurs proches consacrée à la ville de Lyon le 7 mai 2020.


Lundi 11 mai 2020, le déconfinement a commencé, les gens ont repris contact avec le bitume et les herbes entre les pavés. 

Isolés pendant si longtemps, assoiffés d’échanges et de liens avec le vivant, assommés par les règles de distanciation sociale, une grande majorité de la population lyonnaise décida de se rassembler. D’abord par petit groupe, puis de façon plus massive et organisée, un mouvement commença à émerger. Un ras le bol profond, une envie de changer les choses et de re-créer un environnement sain, humain, vivant était au coeur de leur démarche. Par immeuble, par rue, par quartier… un large mouvement citoyen commença à prendre forme autour de la transformation et de la réappropriation de la ville, des espaces, et de l’organisation sociale.

Retour sur 3 initiatives qui ont changé la ville et ses habitants…

L’autonomie sociale et alimentaire
Plus les contraintes de distance diminuèrent, plus les liens humains se retrouvèrent renforcés. De nouveaux circuits visant à faciliter les échanges entre les personnes et les produits de nécessités se développèrent. L’ouverture de la circulation et de la distance entre les territoires permirent à la ville de se reconnecter avec le milieu rural. En même temps, les accès aux jardineries et la prise de conscience de pénurie alimentaire amenèrent les personnes à cultiver sur leurs balcons leur propre alimentation. Les gens partagèrent leurs graines. Ceci fut l’image d’une économie basée sur les échanges de biens et de services entre voisins.

L’éducation
Les enfants décidèrent eux aussi de devenir acteurs de ce mouvement citoyen en améliorant leurs écoles pour plus de nature et de grand air.  Ils eurent pour idée d’appliquer la démocratie dans leurs classes pour mieux comprendre le système politique et se préparer à devenir de futurs citoyens engagés et responsables. D’ailleurs, ils commencèrent à produire eux-mêmes une partie de leur nourriture pour la cantine en construisant des potagers sur les toits de l’école avec l’aide d’associations de jardins partagés. Leur nouveau cours “Instruction à l’environnement et à l’éco-citoyenneté” faisant partie du programme de l’Education Nationale, les rendit très enthousiastesSe sentant acteurs de leur production de nourriture, ils purent enfin choisir eux-même le menu de la cantine ! Ils apprirent à cultiver des petits pois, des tomates sous serre sur le toit de l’Ecole et à s’émerveiller du retour des abeilles. 

Photo by Ryan Jacobson on Unsplash

La biodiversité
Pour continuer d’entendre le champ des oiseaux, les citoyens se battirent pour le retour du vivant en ville ! Après avoir multiplié les permis de végétaliser, sur le modèle parisien, les lyonnais allèrent encore plus loin. Le mouvement citoyen réussi après des mois de bataille à faire passer la création de 5 espaces de sauvegarde de la biodiversité. Dispersés dans la métropole de Confluence à Parilly en passant par la Part Dieu, ces derniers seront des refuges pour tout le vivant: plantes, animaux et insectes. Autres avantages: les premiers espaces créés participent depuis activement à la régulation de la chaleur et de la pollution en ville. Une véritable réussite au niveau local et national. Marseille annonce vouloir copier le modèle lyonnais.

Jeudi 17 mai 2026 : les habitants et les actionnaires du quartier viennent d’inaugurer une nouvelle zone de biodiversité à la Part Dieu. Ce lieu de sauvegarde du vivant est alimenté par des panneaux solaires présents sur la tour.