Le Sommet international des Sommets

Récit imaginé par Véronique Müller, Marie-Luce Storme, Titouan Bordas et facilité par Alexia Rossé dans le cadre l’atelier futurs proches réalisé le 11 mars 2021.

Thème de l’atelier: Imaginons ensemble un monde plus juste, solidaire et durable où la Justice Climatique est une réalité. Un monde respectueux des êtres vivants actuels et à venir, humains et non humains.



JOURNALISTE : Aujourd’hui, pour cette nouvelle émission du “Monde nous parle” nous sommes en direct avec Robert au Sommet international des Sommets, à Gorepani, au pied des Annapurnas dans l’Himalaya. La fonte des glaciers de la région a été stoppée. Robert, bonjour, pouvez-vous nous expliquer comment ce miracle écologique a pu se produire lors de la dernière décennie ? 

ROBERT : Alors oui, la petite station touristique de Gorepani a été sélectionnée comme capitale mondiale des glaciers pour le “Sommet des Sommets”. Cet endroit a été choisi car il illustre bien les changements positifs qui ont lieu depuis 2035 sous l’impulsion de la déclaration pour la Justice climatique rédigée par la World Banking Alliance for Healthy Mountains, une initiative cofondée par la Banque Nationale Suisse.

JOURNALISTE : Dites nous Robert, quel a été votre rôle dans cette coalition?

ROBERT: En fait, j’ai eu un déclic le jour ou j’ai emmené mon petit-fils Henri au pied du glacier du Trient. J’ai ce jour là réalisé que le glacier avait pratiquement fondu, et ça a été un véritable choc émotionnel. Les questions de mon petit fils m’ont pris de court : il n’y avait tout simplement plus de glace. J’étais à la fois triste et un peu honteux parce que en tant que banquier, j’étais en partie responsable. Pendant toute ma carrière à la direction des investissements, j’ai contribué au financement de projets qui réchauffaient la planète et faisait fondre les glaciers à petit feu. J’ai alors décidé de rentrer en lutte interne ! Avec quelques collègues on a créé une structure de réfléxion sur la place de la décroissance dans les banques, une structure qui, plus tard, est devenue la World Banking Alliance for Healthy Mountains.

JOURNALISTE : Mais comment une telle structure de réflexion a-t-elle pu avoir un impact mondial ?    

ROBERT : Je crois qu’au cours des 10 dernières années, ma fille a joué un rôle décisif. Son impact en tant qu’actrice à Hollywood, vous la connaissez peut être sous le nom de Nora Huntington, a été de faire changer le regard des gens sur la transition énergétique. Notamment à travers le film “La nature a tous les droits” dont elle était la vedette et qui a eu un succès mondial. Je crois que ce film a contribué à renverser toutes les convictions, jusque dans les salles de marché.

JOURNALISTE : Pour clore cet entretien, comment la signature de la déclaration pour la justice climatique par toutes les nations va-t-elle définitivement mettre à l’abri les neiges éternelles ?

ROBERT : En fait, la déclaration apporte un nouveau statut aux glaciers qui permet de protéger les glaciers. Tout simplement, elle entérine que les glaciers sont égaux en droits avec tout ce qui est vivant sur notre planète”. Et puisque les glaciers sont égaux avec les humains, la BNS est fière de vous annoncer qu’elle devient donc la première banque du monde à compter des montagnes parmi ses clients. Les Suisses ont toujours su trouver les bons filons…!