Génération main dans la main

Récit imaginé par Fannie le Boulanger, Corinne Gourmel-Rouger, Emma Garcia, Dimitri Boutleux et animé par Fiona Gamer lors de la soirée futurs proches pour la liste Bordeaux respire ! le 18 juin 2020.


Valentine était pressée et en retard pour son entraînement à Chaban. Elle décide de couper par les jardins potagers de la mini-forêt des bassins à flots, à Bacalan, quartier dans lequel elle habite.

Sur le chemin, elle reconnaît Inès courbée sur un bout de jardin partagé en train de regarder ses légumes pousser. Ses tomates sont mûres. Elle propose à Valentine une tomate. Valentine s’arrête de courir et décide de faire un pause avec Inès, sa voisine de quartier. Inès se met à parler à voix très haute, comme le font souvent les personnes sourdes. Et Valentine a toujours connu Inès avec sa surdité. Inès lui tend une belle tomate rouge:

– Tiens, prends cette belle tomate avant que je ne distribue les autres aux voisins

Valentine se met bien devant Inès pour qu’elle lise sur ses lèvres :
– Merci. Ce matin j’ai encore vu des gens acheter des tomates dans un magasin. C’est super qu’elles soient gratuites ces tomates.

Photo by Zoltan Tasi on Unsplash

Inès lui fait un petit clin d’oeil :
– Eh oui, c’est nos tomates Hurmic de Bordeaux Respire !
– Ah bon, ça vient d’où ? C’est quoi une tomate Hurmic ?
– Tu ne connais pas l’histoire de cette forêt et de ces jardins ?

Valentine écoute attentivement. Inès reprend:
– C’est la première forêt qui a été plantée lorsque la ville est devenue écologique. Lorsque Pierre Hurmic est devenu maire de Bordeaux en 2020 et que la ville a commencé sa transition écologique.
– Ah ouais, c’était avant, quand les gens les gens n’avaient pas tous des jardins.
– Il y a longtemps ce quartier était un bout du port, avec des projets de construction d’immeubles. Mais avec l’arrivée de Pierre Hurmic, on a décidé de planter des forêts.
– la nature pour tous, c’est ça ?
– Oui, une nature pour tous, tu as raison, qui nous fait respirer, qui nous fait aimer la ville, qui nous offre les tomates, et toutes sortes de fruits.

Valentine termine de manger sa tomate, quand elle entend des oiseaux dans un des arbres fruitiers, un pêcher, derrière Inès. Elle les montre du doigt pour qu’Inès puisse les voir. Valentine se souvient qu’elle doit aller au stade pour son entraînement.
– Je dois y aller. Est-ce que je peux revenir demain te voir, tu seras là ?
– Si tu veux me voir demain, je serai au Verger Matmut. Il y a plein de poiriers, et tu pourras m’aider à récolter les premières poires de l’année. Enfin, si tu veux bien.

Valentine acquiesce et salue Inès avant de s’élancer dans l’allée enherbée. Sur le chemin, elle croise des enfants dans un vélo bus, de retour de l’école. Un bosquet bourdonne d’abeilles qui butinent. Au loin, elle aperçoit un chantier participatif où des voisins s’occupent des vendanges urbaines en chantant.