Nuits du partage

Récit imaginé lors de la journée futurs proches à Genève en partenariat avec le Laboratoire de transition intérieure et le Théâtre de l’Orangerie, le 5 septembre 2020, autour du thème “Ré-enchanter notre relation à la nature”.

Auteurs et autrices: Sandra Debenath, Camille Bierens de Haan, Rabah Sam, Alexia Rossé, Souad von Allmen

Photo by Andreas Weiland on Unsplash


Echanges épistolaires 

Oi Matéo

Tu sais que c’est bientôt mon 60e anniversaire, et j’ai une idée extraordinaire à te proposer.

Ce matin je n’ai pas pris le téléphérique inter-éco-immeubles comme d’habitude, mais la voiture pédalo en co-partage. Le revenu universel de base me permet d’avoir un horaire modulable et de sortir plus tôt du centre Migoop dans lequel je travaille, et j’avais prévu d’aller dans la ferme bio du quartier pour ramasser quelques fruits et légumes de saison pour ma voisine et moi. Comme j’étais un peu fatiguée après la cueillette, je me suis arrêtée sur le retour au parc La grange, toujours aussi majestueux avec ses grands arbres plus que centenaires. Quel moment de paix, et quel plaisir d’entendre les oiseaux qui chantent depuis que l’aéroport a été fermé.

C’est alors que j’ai vu un groupe de jeunes gens qui montaient des tentes, certaines même dans les arbres. Ils avaient préparé un feu dans l’un des espaces aménagés, et m’ont invité à m’asseoir et à partager leur repas. Ils avaient même des œufs de la ferme d’à côté ! Un moment fantastique, généreux et plein d’humanité.

Mon idée extraordinaire, la voici: je souhaiterais vraiment pouvoir fêter mon anniversaire de cette façon, en connection avec la nature et le vivant, et mon souhait le plus grand serait que tu sois présent.

Prends bien soin de toi et de tes rêves. Ta maman qui t’aime,

Egzona

Chère maman,

Cela me fait chaud au cœur d’avoir de tes nouvelles. Genève bouge enfin ! Depuis que je suis parti de là, on dirait que les gens ont pris conscience de l’urgence du changement.
Ici au Brésil, j’ai trouvé de nombreuses communautés agricoles, urbaines et rurales, mais nous devons encore beaucoup résister à l’assaut des multinationales qui veulent s’approprier tous les terrains.

Actuellement je suis d’ailleurs en prison pour avoir participé à une action non violente de résistance, mais j’ai passé le jugement et devrais bientôt pouvoir sortir. Le projet que je défends est génial, c’est de l’agriculture urbaine qui inclut les habitants de toutes génération et culture. On organise des tournus pour les plantations et l’arrosage,

On accueille beaucoup de visiteurs qui veulent faire comme nous. C’est un lieu de convivialité, et d’ailleurs, je t’annonce que j’y ai rencontré mon amoureux.
Ici, la solidarité est une valeur majeure qui m’a aidé à tenir le coup pendant l’enfermement.

Bolsonaro, on n’en parle plus, il est clown dans un cirque de 3e zone, et la gauche a appris à se tenir dignement et à prendre ensemble de bonnes décisions depuis qu’ils se sont formés à la sociocratie.

Je vais me renseigner demain pour voir si je trouve un avion solaire ou un dirigeable volant en direction de l’Europe, et serais ravi de te serrer dans mes bras à ton anniversaire !

Ton fiston

Cher Matéo

Je suis à la fois touché par ce qui t’arrive et en même temps honoré que tu défendes ainsi tes valeurs de vie. Et que tes choix te rendent heureux !

Sache simplement qu’ici à Genève les choses ont beaucoup évolué depuis ton départ il y a 20 ans. L’argent, le pouvoir, les possessions ne sont plus au centre de nos préoccupations.

La nature est au cœur de nos vies, comme ces lieux ouverts, ces parcs de rencontre, ces nuits du partage. Je me réjouis à chaque fois d’y retrouver de nouveaux amis. Le plus drôle c’est que ce ne sont jamais les mêmes. La diversité y est au rendez-vous, la dernière fois je me suis même retrouvée nez à nez avec mon médecin dentiste et Pierrot le Maudit, ancien magistrat. Notre voisine Madame Brigitte qui a bientôt 94 ans m’accompagne souvent.

Les Genevois se connectent enfin à leur véritable raison d’être sur Terre. Ils respectent leur environnement, la nature et les autres humains.

Et si je peux te partager mon rêve secret, ce serait que Genève devienne ton nouveau terrain de jeu et que tu viennes nous apprendre à communiquer avec les plantes et les arbres comme tu l’as appris au Brésil.

Ta maman

Tags: