Le vieil homme et les plantes

Récit imaginé par Nicole Barbay, Stéphanie Perregaux, Raïssa Larrosa, Yvan Loehle et facilité par Hélène Bourban dans le cadre l’atelier futurs proches réalisé le 11 mars 2021.

Thème de l’atelier: Imaginons ensemble un monde plus juste, solidaire et durable où la Justice Climatique est une réalité. Un monde respectueux des êtres vivants actuels et à venir, humains et non humains.


Il était une fois un vieil homme qui au seuil de ses 90 ans sentit le besoin d’écrire à sa fille avec laquelle il n’avait plus aucun contact depuis 20 ans.


Ma chère fille,

Aujourd’hui j’ai eu envie de t’envoyer cette lettre pour te raconter ma vie au quotidien. J’habite toujours dans notre maison à la campagne, mais je la partage désormais avec une famille érythréenne qui m’a été envoyée par le canton. Cette famille a dû, comme bien d’autres, prendre la décision de quitter ses terres devenues complètement arides et de s’inscrire au projet “une maison durable pour chacun-e” du programme mondial de justice climatique, que tu connais bien. et Je leur offre un toit et ils m’offrent leur chaleur humaine. Ces personnes ont la gentillesse de s’occuper du jardin, de la maison et de la cuisine. Elles m’ont fait découvrir des plats exotiques, une nourriture plus frugale et plus saine. Lors des périodes de canicule, nous restons tous à l’intérieur, volets fermés et pour continuer à se bouger ils m’apprennent leurs danses et je joue avec les enfants qui sont de vrais tourbillons. Le soir je leur raconte des histoires du temps passé, quand on était insouciant et qu’on dépensait sans compter pour des bêtises, mais je ne les fais pas rêver, on dirait que je parle du moyen âge! Je n’ai plus voyagé depuis très longtemps, mais je n’en ressens plus le besoin non plus, puisque je me rends régulièrement aux journées de partage des divers communautés qui vivent dans le village, et j’ai ainsi l’impression que le voyage est venu à moi! Il n’y a plus de voitures, mais un bus passe régulièrement et nous permet de rejoindre la ville, si nécessaire. Mes amis de la banque ne me manquent même pas. Il a bien fallu s’adapter et au début ça n’a pas été facile. Mais aujourd’hui je me rends compte que les valeurs de solidarité, de bienveillance et d’entraide sont importantes pour moi, il m’a fallu arriver à ce grand âge pour te comprendre!

Tu vois, je vais bien, ne te fais pas de soucis et j’espère que ta vie va bien aussi après tous ces bouleversements.

Ton père qui t’aime


Et sa fille lui répondit plus tard.

Mon cher père,

Il m’aura fallu du temps à moi aussi pour comprendre que tu faisais de ton mieux pour maintenir un certain idéal de société auquel tu croyais encore, que tu avais été élevé dans ce mythe d’une croissance infinie et que tout ton entourage te poussait à continuer à y croire. Sinon que pouvais-tu imaginer? Tu étais comme pris dans un piège ! Et je ne pouvais que m’en aller pour ne pas nous épuiser en de vaines colères. Il aura fallu cet effondrement de toutes tes valeurs, ce grand chambardement pour nous relier. Et je suis soulagée de voir que tu as eu les ressources pour surmonter toute ces pertes.

Je vis dans une magnifique forêt, loin de tout, il y a des oiseaux et toutes sortes d’animaux sauvages. Que de travail accompli en commun depuis que nous sommes arrivé.e.s dans cette région, qui était devenue une savane semi-aride. Nous sommes soulagé.e.s et joyeux.ses quand nous contemplons le résultat et repensons avec émotion aux millions de jeunes pousses soignées avec amour dans les pépinières. Je ressens aussi une immense gratitude envers la force de la Vie et envers les ancien.ne.s qui ont partagé leurs connaissances, leurs savoirs-faire et les semences qu’ils avaient conservées. Je vis très sobrement, mais en lien avec mes convictions et je suis très heureuse d’entendre que tu as aussi retrouvé ta joie de vivre. J’espère une fois pouvoir te présenter tes petits-enfants, je leur parle souvent de toi. Mais nous vivons si loin désormais! 

Prends bien soin de toi et de tes nouveaux amis !

Ta fille qui t’aime

Ces lettres prirent bien des mois avant de parvenir à leurs destinataires, les avions ne volant plus et les bateaux se faisant rares!  Et Il arrive parfois de drôles d’anecdotes comme ce billet que mon fils a trouvé ce matin dans une bouteille sur la plage : “Merci l’humanité ! signé Greta!”